Selon une enquête d’opinion, plus de neuf Maliens sur dix ont confiance en la Russie pour aider leur pays

« Les Maliens placent beaucoup d’attentes envers les autorités de transition et la Russie, mais cela peut changer très rapidement ; en témoigne la très bonne opinion des Maliens vis-à-vis de l’armée française au début de son intervention militaire », opinion qui s’est inversée depuis, a indiqué à l’AFP Christian Klatt, représentant résident de la fondation au Mali, joint au téléphone. « L’enquête s’est déroulée dans un contexte où l’espace donné à la critique est très restreint par les autorités », a-t-il répondu à l’AFP, qui l’interrogeait sur le degré de confiance dans la sincérité des réponses fournies par les personnes interrogées. Les voix discordantes peinent désormais à se faire entendre dans le pays.

Le « Mali-Mètre » de la fondation, publié chaque année, se présente comme un instrument d’analyse qui a pour but de recueillir les opinions des Maliens et de les porter à la connaissance des décideurs politiques. La collecte des données s’est déroulée du 11 au 23 février sur un échantillon de 2 295 personnes réparties entre Bamako et dix capitales régionales.

La situation générale du pays s’est améliorée pour plus de quatre Maliens sur cinq (82 %), un résultat en nette augmentation par rapport aux années précédentes, dit l’enquête. Neuf Maliens sur dix se déclarent satisfaits de la gestion de la période dite de transition, dans l’attente d’un retour des civils au pouvoir prévu en mars 2024. Trois sur cinq pensent que le respect du calendrier n’est pas important. La première étape de ce calendrier, un référendum constitutionnel prévu le 19 mars, a été reportée à une date non précisée.

M. Klatt souligne également que la cherté de la vie est l’un des principaux défis pour 44 % des Maliens – une nouveauté.

Auteur/Autrice

Également :

Autres articles