Mali : plusieurs civils tués dans une attaque contre un aéroport et un camp militaires

Une attaque contre un aéroport et un camp militaires dans le centre du Mali a provoqué la mort de dix civils, samedi, selon le gouvernement, qui affirme avoir neutralisé plusieurs dizaines de terroristes. Le même jour, trois soldats sont morts, alors que leur hélicoptère s'est écrasé dans un quartier résidentiel de la capitale.

Une attaque contre un aéroport et un camp militaires dans le centre du Mali a provoqué la mort de dix civils, samedi, selon le gouvernement, qui affirme avoir neutralisé plusieurs dizaines de terroristes. Le même jour, trois soldats sont morts, alors que leur hélicoptère s’est écrasé dans un quartier résidentiel de la capitale.

Publicité

Dix civils ont été tués et 61 autres blessés, samedi 22 avril, dans une attaque terroriste contre un aéroport et un camp militaires dans le centre du Mali, a indiqué le gouvernement.

Selon les autorités, 88 jihadistes ont été « neutralisés » lors de multiples incidents, dans une vague de violence qualifiée de « regain d’incidents terroristes perfides ».

Deux élus locaux et une source diplomatique ont désigné le lieu de l’attaque, près de la localité de Sévaré, dans la région de Mopti, comme étant un camp abritant des troupes russes.

En 2022, la junte malienne a commencé à travailler avec ce qu’elle appelle des « instructeurs » russes. Mais pour les opposants, il s’agirait plutôt de mercenaires du groupe paramilitaire russe Wagner.

« C’est le camp des Russes et de leurs avions qui ont été ciblés. Le camp se trouve près de l’aéroport », a déclaré à l’AFP un élu local s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

L’attaque a débuté vers 5 h 30 (locales et GMT) et s’est achevée aux environs de 8 h, selon des sources militaires et locales. Quatre fortes explosions ont été entendues, suivies de tirs à l’arme automatique, ont raconté à l’AFP plusieurs personnes sur place. De la fumée a également été aperçue près de l’aéroport. L’armée malienne a depuis repris le contrôle de la zone.

Selon un élu local, des militaires sénégalais de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali, sont intervenus.

Le camp de la Minusma s’étend sur quatre hectares de terrain à côté de l’aéroport et du camp de l’armée malienne qui abrite les Russes. Contacté par l’AFP, un responsable de la Minusma s’est refusé à tout commentaire.

Le même jour, trois soldats sont morts, alors que leur hélicoptère  s’est écrasé dans un quartier résidentiel de la capitale Bamako, a annoncé le gouvernement.

Le camp de la Mission des Nations Unies au Mali (Minusma) à Douentza, dans la région de Mopti, le 5 novembre 2021. © Amaury Hauchard, AFP

Crise sécuritaire

Le colonel Abass Dembele, gouverneur de la région de Mopti, s’est rendu sur les lieux de l’attaque, qualifiée par ses services d' »attaque à la voiture piégée » ayant visé une « base aérienne » à Sévaré.

« Il a d’abord rendu visite aux blessés admis à l’hôpital Somine Dolo avant d’aller ensuite (…) dans la zone aéroportuaire où le véhicule piégé bourré d’explosifs a explosé sans atteindre sa cible », a indiqué le gouvernorat.

De son côté, une source militaire malienne à Sévaré a simplement évoqué « une attaque terroriste ». 

Auteur/Autrice

Également :

Autres articles