Le Mali, un pays qui a besoin d’équilibres

La société malienne est en profonde mutation, les réalités géopolitiques se renouvellent, les acteurs politiques changent. L’inimaginable d’une époque devient la norme. Et nous ne voulons pas changer. Avons-nous peur ? Ou nous ne sommes pas prêts ?  Jean Marie Muller, un philosophe français qui vit encore, a dit  “Ce qui menace la démocratie, aujourd’hui comme hier, ce n’est pas la désobéissance civile, mais l’obéissance servile.” Alors nous devons oser pour pouvoir continuer

Nous devons trouver dans l’architecture institutionnelle du Mali un plan de carrière aux religieux, permettre aux responsables coutumiers de s’insérer dans le dispositif national, éviter que la société civile et la classe politique ne se confondent, que les lignes soient mieux clarifiées, trouver une configuration pour permettre aux anciens chefs d’Etat de contribuer tels d’anciens généraux de la nation. Quand nous solutionnerons ces problèmes nos institutions ne seront plus des refuges de survie. Archimède disait ” Donnez-moi un point d’appui : Je soulèverai le monde”

L’équilibre ! Voici toute la problématique.

Auteur/Autrice

Également :

Autres articles