Au Mali, la société civile joue un nouveau rôle dans la transition démocratique

Au cours de la décennie qui a précédé les deux coups d’État militaires de 2020 et 2021 au Mali, les griefs persistants en matière de gouvernance ont priver les civils de services publics fiables, pendant que l’armée s’efforçait de contenir les groupes extrémistes violents. L’espoir d’un retour rapide à un régime civil après le coup d’État s’est estompé au fur et à mesure que le pays approche sa troisième année sous un régime militaire. En dépit des efforts du gouvernement de transition pour établir une feuille de route pour les élections de 2024, des préoccupations s’agrandissent par rapport à la capacité de l’infrastructure nécessaire pour mener à bien le processus et s’aligner sur le calendrier prévu.

Auteur/Autrice

Également :

Autres articles